Les « jeunes » pousses… la suite !

Comme promis, mais avec un peu de retard, voici la suite des « jeunes » pousses de l’année écoulée. Chaque personne est importante et est au cœur de notre attention dans l’entreprise… voilà pourquoi nous vous les présentons. Et pour ne pas faire de jaloux, nous leurs posons toujours les 3 mêmes questions !

photo_groupe_bienvenueNe cherchez pas les nouveaux sur la photo... ils n'y sont pas ! 

Raphaëlle d’Avout – Assistante adhérents (32raphdav_r ans) –  » La Saône-et-Loire, pour moi, c’est un retour aux sources. Après une formation comme éducatrice spécialisée et un master de solidarité internationale, j’ai travaillé pendant 10 ans dans le milieu associatif, sur le terrain, avec des missions très variées. En revenant à la campagne, je souhaitais opérer un changement dans ma vie active et avoir une expérience autre que le « social ». Mon mari a passé un entretien au Cèdre et c’est lui qui m’en a parlé… c’est donc un peu grâce à lui que j’ai eu envie de participer à l’aventure du Cèdre.

Il émane de beaucoup de gens au Cèdre une certaine joie, on voit beaucoup de sourires, on se dit bonjour, on est heureux de se retrouver le matin, on prend soin les uns des autres. Tout cela me marque…

Je suis passionnée par la rencontre de populations différentes, j’aime rencontrer l’autre : à 21 ans je suis allée 6 mois en Inde toute seule afin d’aider dans un orphelinat pour jeunes filles handicapées, j’ai travaillé un an aux Philippines avec les enfants des rues, trois ans au bois de Vincennes avec les femmes Nigérianes victimes de la traite des êtres humains… En fait, j’aime la différence… « 

 

jerdumo_rJérôme Dumont – Chef de projet informatique (39 ans) – « Je suis picard et je travaillais chez un prestataire historique du Cèdre en informatique. J’ai été séduit par l’ambition de la stratégie digitale du Cèdre. La façon de travailler, le projet d’entreprise m’ont aussi attiré. Au Cèdre j’ai vraiment l’impression que chacun peut apporter sa pierre à l’édifice.

C’est une sacrée fourmilière, il y a une multitude de projets menés de front. J’ai participé à une négociation et le respect dans les échanges m’a interpellé.

A titre plus personnel, cela n’étonnera pas grand monde, mais je suis assez geek. Je fais de la domotique à la maison, par exemple c’est mon téléphone qui ouvre le garage à la maison. Je suis aussi aquariophile à mes heures perdues : j’ai un aquarium de 400 L avec des scalaires et des néons… »

 

frcvu_rFrédéric Vu – DSI 48 ans – « Géographiquement, je descends de la montagne et plus particulièrement de Grenoble où je suis arrivé pour mes études. Professionnellement, je viens de chez HP (20 ans) où j’ai fait beaucoup de choses. J’ai aussi été adhérent du Cèdre, en tant que secrétaire général de la DDEC 38 (Isère) pendant 2 ans et demi.

J’ai choisi de venir au Cèdre pour 2 raisons  principales : déployer concrètement l’enseignement social de l’Eglise dans mon travail et contribuer à la transformation digitale du Cèdre… Rejoindre une PME à taille humaine me plaisait aussi, après HP.

Je suis interpellé par l’ambiance générale, la capacité à travailler dans l’humour, la bonne humeur et la détente sur des sujets sérieux et compliqués. Je ressens une vraie joie qui n’est pas de façade.

A titre plus personnel, j’ai mon brevet de pilote de parapente. La sensation est extraordinaire lorsqu’on décolle de très haut et qu’on se retrouve dans le vide ! Un exemple de vol qui m’a marqué ? Décollage depuis des volcans au Mexique, avec des décors grandioses avec un contraste saisissant entre la neige au sommet pour le décollage et les sols brûlés à l’atterrissage. Pas le droit à l’erreur là-bas, car il n’y a pas de secours !

Sinon, je suis amateur de vin et de chocolat (ceux qui viennent dans mon bureau le savent… pour le chocolat). »

 

romdbri_rRomain de Brito – Chef de projet informatique (26 ans) – « Originaire de Saône-et-Loire, je suis parti faire mes études supérieures d’informatique à Nevers où j’ai connu ma première expérience professionnelle, comme analyste programmeur puis responsable de projets, chez un éditeur de logiciels spécialisé dans l’intelligence artificielle. Je cherchais à relever un nouveau défi et intégrer une entreprise de plus grande taille… J’ai trouvé l’offre du Cèdre dont le projet de transformation digitale m’a motivé. Il est fort de constater que « la bienveillance » n’est pas qu’un concept théorique mais que cela fait partie de l’ADN de l’entreprise et que la recette fonctionne. Je tiens à saluer l’accueil de tout le monde qui est vraiment remarquable.

Je ne sais pas si on peut parler de folie, mais j’aime bien l’aventure et sortir des routes pré-établies ; c’est pourquoi à peine mes études terminées, nous (avec ma compagne) avons décidé de faire construire notre maison et donc de découvrir le vaste domaine du bâtiment (contre toutes recommandations). Étant un peu geek sur les bords et attiré par les nouvelles technologies (et un gros penchant Apple), je m’intéresse beaucoup au sujet de la domotique afin d’équiper au mieux notre maison et améliorer notre confort au quotidien ! »

 

joschev_rJoseph Chevallier – Délégué régional entreprises (26 ans) – « J’ai grandi à Paray le Monial, même si je suis né à Agen… Après mes études et une année passée en Australie, j’ai démarré ma vie professionnelle dans une entreprise de formation en e-learning pour le personnel soignant dans les hôpitaux. Après deux ans de cette première expérience, je souhaitais changer et je me suis mis en recherche.

Il faut vous dire qu’en tant qu’un des fils du fondateur, le sujet du Cèdre alimente régulièrement les conversations en famille. Au détour d’une de ces conversations, je me suis dis que l’aventure du Cèdre pouvait correspondre à mes aspirations, j’ai donc postulé comme délégué régional pour le réseau des entreprises… et me voici.

Je suis époustouflé de la bienveillance constante de chacun, c’est vraiment agréable, cela transpire dans les relations avec les adhérents et les fournisseurs aussi. Il y a une qualité dans les relations qui est marquante. Je trouve épatant que ces valeurs humaines restent malgré la croissance.

Je pensais connaître le Cèdre, mais de l’intérieur c’est tout autre chose, je découvre la richesse du métier et la diversité du métier (il faut en savoir des choses !).

A part cela, je suis un basketteur passionné depuis plus de 18 ans. Je suis pivot (en équipe de Saône-et-Loire et de Bourgogne et j’ai même joué en National 2 pendant 1 minute et 31 secondes). Sinon, j’aime beaucoup rire et travailler en rigolant c’est toujours sympathique. »

 

xavlerou_rXavier Leroux – Délégué régional entreprises (36 ans) – « Natif de la Bretagne du sud ou de la Vendée du nord (selon les courants historiques et les humeurs), j’ai travaillé dans l’agroalimentaire puis dans les assurances. Il aura fallu le Cèdre pour me déraciner et me faire migrer jusque dans le Maine et Loire !

J’ai choisi de venir travailler au Cèdre pour 2 raisons : le métier de délégué régional sur le réseau Cèdre entreprises m’attirait beaucoup et j’avais aussi envie de découvrir de l’intérieur une entreprise qui cherche à mettre en place un vrai projet basé sur l’homme.

Au risque de répéter la première impression de mes congénères, j’ai été marqué par l’accueil qui m’a été réservé à mon arrivée. J’ai aussi été surpris par l’hétérogénéité des personnes et des compétences. Cela m’a « bluffé » !

Une originalité personnelle ? J’ai eu la chance de vivre aux 2 extrémités du globe : la Finlande et Madagascar. Sinon je suis passionné par les sports de glisse (ski, surf…). »

 

mardepenf_rMartin de Penfentenyo– Délégué régional campings (24 ans) – “ Je me demandais si, un jour, je trouverais un boulot ou je pourrais être moi-même à 100% : ne plus devoir jouer un rôle ou passer sur certains principes pour faire valider des objectifs. Un adhérent du Cèdre m’a recommandé de regarder de près ce qu’était le Cèdre : MERCI à lui !

La première chose qui m’a surpris en arrivant est la simplicité dans les relations, que ce soit entre collègues ou bien avec les responsables hiérarchiques. Ensuite, j’apprécie beaucoup le fait que les adhérents soient LE centre des préoccupations de tous.

Mon petit « grain de folie » ? J’aime avoir des moments ou je me débarrasse de toutes réflexions sages et raisonnables dans le but d’accomplir un projet qui peut paraître irrationnel. (Par exemple : prendre ma voiture et partir sur un coup de tête à Madrid ou à Venise), cela fait vivre des moments uniques et inoubliables.”

François-Xavier de Boisseson – Délégué régional campings (39 ans) – « Je débarque du monde de la grande distribution. En effet, j’ai été une quinzaine d’années commercial dans différents groupes dont la clientèle était principalement la grande distribution. J’ai connu le Cèdre grâce à un ami qui y travaille : Benoît Charpentier. Etant en pleine réflexion sur ma place au travail, je cherchais une entreprise où une « homogénéité de vie était possible ». J’ai postulé au Cèdre pour les valeurs prônées par l’entreprise : être au service de nos adhérents, toujours mettre l’homme au centre de l’entreprise, la subsidiarité…

Ce qui m’a marqué en arrivant au siège, c’est la confiance donnée de prime abord, l’autonomie dans le travail et la bienveillance omniprésente.

Pour mon côté original… je dirais chasse, nature et tradition. »

 

olivbou_rOlivier Boutot – Coordinateur régional restauration concédée (43 ans) – « Je suis né dans un hôtel et la passion de la restauration m’habite depuis toujours. En posant mes valises au Mans pour le Cèdre, j’avais encore du sable malgache sous les chaussures. Ma précédente mission professionnelle m’a en effet conduit à Madagascar où j’ai construit, ouvert et dirigé une école de formation aux métiers de l’hôtellerie. Auparavant, j’ai dirigé la restauration dans de grands hôtels à Nice et en Polynésie ; j’ai également dirigé un hôtel à Paray le Monial, bien connu du Cèdre.

Mon passage à Madagascar m’a permis de mettre le doigt sur deux dimensions absentes de mes précédentes expériences très commerciales : la gratuité et le service désintéressé de la personne. En revenant en France, je tenais à continuer à mettre en œuvre ces deux dimensions ; la mission que m’a proposée Le Cèdre (coordinateur régional restauration concédée) y répond particulièrement bien.

En arrivant dans l’entreprise, je suis marqué par la bienveillance quotidienne, par la volonté commune d’appliquer concrètement la subsidiarité et de vivre l’intelligence collective, 3 life-skills si méconnues dans les milieux commerciaux.

Une petite folie ? Savez-vous que derrière le costume-cravate impeccable du quotidien se cache un collectionneur accro de pyjamas ? Des courts, des longs, des chemises de nuit, à gros carreaux, à petits pois, avec des oies roses à nœuds de papillon, des fox-terriers et même, Noël oblige, un magnifique pyjama Gaston Lagaffe pour me rappeler que le repos est aussi une sagesse. »

 

frqdesora_rFrédérique de Soras – Déléguée régionale structures chrétiennes (38 ans) – « Je suis nantaise et vraiment bretonne (!), avec des racines dans le golf du Morbihan à Ste Anne d’Auray. J’ai beaucoup déménagé plus jeune dans le grand ouest, avec déjà un passage à Paris adolescente avant d’y revenir pour mes études et y travailler depuis maintenant 12 ans.

Je connaissais le Cèdre de nom, car mon ancien employeur, « Route Bibliques » est adhérent. Mais c’est mon fiancé de l’époque qui a vu passer l’annonce et me l’a transféré. Je me suis pleinement retrouvée dans les valeurs de l’entreprise et le profil de personne recherchée. Après dix ans comme commerciale grands comptes dans une agence organisant des voyages culturels et pèlerinages sur mesure pour les groupes  constitués, j’avais besoin, moi aussi, de voir du pays. Très intéressée par un nouveau challenge et une grande soif d’apprendre de nouvelles choses (avec tous les marchés au Cèdre et les spécificités produits, c’est un abîme sans fond !),  j’ai trouvé au Cèdre ce que je recherchais également : une équipe dynamique plaçant l’humain et le sens du service concrètement au cœur du travail.

Sans grande originalité, j’ai moi aussi été marquée par l’esprit de bienveillance et d’accueil que les nouveaux ressentent à leur arrivée ! C’est très important pour bien et rapidement s’intégrer et donner le meilleur de soi-même !

Mon originalité : je suis un robot-rangeur.

Une petite précision… j’ai évoqué « mon fiancé de l’époque plus haut », car aujourd’hui c’est mon mari !

Les (jeunes) pousses de l’année…

Parce que chacun est important pour nous, parce que les nouveaux arrivants ont un regard neuf, parce que c’est sympa de connaître les personnes… alors nous continuons de vous présenter les équipes avec tous ceux qui sont arrivés de l’année. Comme ils sont nombreux (18 !), on vous en présente 8 aujourd’hui et la suite en janvier.

nouveaux-2016-1

Nous avons posé à chacun les trois mêmes questions : D’où viens-tu et pourquoi le Cèdre ? Qu’est-ce qui t’a le plus surpris(e) en arrivant au Cèdre ? Quelle est ton originalité personnelle ? Voici donc leurs réponses :

blog_celinetheret Céline Théret – Assistante marchés (33 ans) –  » Après 13 ans comme assistante administrative dans une société distributrice d’articles pour fête, j’ai eu envie de voir ce qui pouvait se passer ailleurs. Une connaissance m’a parlé du Cèdre… et même si ce fut difficile de quitter mes anciens collègues, c’était l’opportunité à ne pas louper pour venir rejoindre cette belle famille qu’est le Cèdre. Me voilà donc, aujourd’hui, assistante marchés.

Le tutoiement systématique et la « bise » quotidienne sont les deux choses concrètes qui m’ont le plus surprise en arrivant. Sinon, l’accueil de tout le personnel et l’installation du pôle formation ont vraiment été un plus dans mon intégration.

A titre personnel, j’ai une passion pour la danse moderne que j’ai pratiquée étant plus « jeune » et que j’ai reprise depuis 2 ans. Et mon petit grain de folie : j’ai fait un saut à l’élastique, plus jeune… 103 m sur le pont de Ponsonnas. « 

 

blog_sophiedewezSophie Dewez – Assistante marchés (37 ans) –  » En tant que Nord-Pas-de-Calaisienne assumée, j’ai fait mes études de commerce international à Saint-Omer. Mon activité professionnelle s’est ensuite mise au diapason des missions de mon mari. Nous nous sommes d’abord expatriés à Aix-en-Provence, où j’ai été assistante de direction dans une PME informatique, j’ai géré aussi une boutique de cadeaux à Bougoin-Jallieu. Nous sommes ensuite arrivés en Bourgogne où j’ai connu le Cèdre grâce à internet et à ma veille pour chercher du travail.

Chose surprenante au Cèdre : tout le monde se dit bonjour tous les jours. Il y a aussi un rituel très convivial qui nous permet de nous connaître entre les services : la pause café du matin où toutes les assistantes se retrouvent à la même heure, je n’ai jamais vu cela ailleurs. Tout cela contribue à la qualité de l’accueil que j’ai ressenti.

D’un point de vue plus personnel, j’aime l’aventure et les voyages découvertes. Je suis allée à plusieurs reprises aux Etats Unis, en Martinique, aux Seychelles… J’ai fait une année d’étude en Argentine à la fin de laquelle j’ai effectué le tour de Patagonie seule avec mon sac à dos.” 

blog_sabrinaleggieriSabrina Leggieri – Assistante marchés (25 ans) –   » En bonne parodienne, mes parents rêvaient de me voir revenir aux sources, mais compte tenu de mes études en langues étrangères, je leur expliquais que ce serait compliqué ! Finalement, les circonstances de la vie ont permis de répondre à leurs attentes. En effet, j’ai dû chercher du travail dans la région et c’est mon ami qui m’a parlé du Cèdre en m’invitant à regarder le site internet… Il y avait un poste d’assistante marchés disponible et me voilà.

La première surprise en arrivant fut d’avoir un bureau tout prêt dès le premier jour, je me suis vraiment sentie accueillie.

A part cela, j’aime beaucoup voyager (ce qui explique aussi mon choix d’études) : cap vert, Espagne, Italie, Grèce,… Je rêve d’aller à Dubaï. Sinon, j’ai été championne de bourgogne de Twirling bâton… Kesako ? C’est comme la GRS mais avec un bâton ! « 

blog_jeanfontaineJean Fontaine – Gestionnaire d’assurance sinistres IARD  (56 ans) –  » Je suis d’origine Moulinoise et professionnellement j’ai toujours travaillé dans l’assurance… Je suis passé par la case chômage et en cherchant sur internet en 2014, j’ai vu passer une annonce du Cèdre, que je ne connaissais ni d’Eve ni d’Adam. A l’époque, l’annonce ne correspondait pas à mon profil, mais je me suis dis « voilà une maison originale ! ». Ensuite, j’allais voir chaque mois la rubrique « le Cèdre recrute »… au passage, j’ai vu une interview d’un salarié proche de la soixantaine et je me suis dis que cette boîte était ouverte. Quand l’annonce pour un gestionnaire sinistre est apparue, j’ai fait un mail… et me voilà.

Quand je suis arrivé pour mon premier entretien, à peine le pas de porte franchi, je me suis senti « autre part » avec la qualité de l’accueil qui m’a été réservé.

De façon plus personnelle, j’aime bien l’histoire, le moyen-âge… mais pas que ! J’aime aussi beaucoup regarder le soleil se coucher… c’est le seul moment de la journée où on peut le regarder en face. « 

blog_karineboussandKarine Boussand – Assistante comptable (46 ans) –   » J’habite exactement à Chassigny s/ Dun entre la Clayette et Chauffailles. J’ai connu le Cèdre en tant qu’adhérente, car j’ai été comptable dans un OGEC. Après un licenciement, j’ai recherché du travail et j’ai postulé pour un poste d’assistante marchés… mais le Cèdre m’a recontactée pour me proposer un remplacement en compta pendant un congés maternité.

J’ai tout de suite été interpellée par la gentillesse de tout le monde et la bienveillance. Chacun est respectueux du travail des autres et tout le monde fait des efforts pour qu’il y ait des bonnes relations entre les services. Par ailleurs, les locaux sont très agréables.

J’aime beaucoup les chats, j’ai un calendrier « le Chat » sur mon bureau avec une blague chaque jour, j’aime bien la marche, la natation et le cinéma : les films d’actions et les comédies françaises. « 

blog_clairegosetto Claire Gosetto – Assistante marchés (45 ans) –   » Après différents postes d’assistante dans des entreprises « classiques », avec une forte dimension commerciale, j’avais l’impression d’avoir atteint des limites dans cette fonction. Je cherchais une entreprise qui donnerait un nouveau sens à mon activité commerciale, une entreprise qui correspondait à mes valeurs : une entreprise centrée sur l’homme plus que sur l’argent.

En cherchant, sur la toile, via l’APEC, je suis tombée sur une offre du Cèdre mais qui ne me correspondait pas… au-delà de l’offre, je suis allée sur le site du Cèdre et je me suis mise en veille jusqu’à ce qu’une offre me corresponde. Finalement, j’ai dû postuler deux fois et attendre un an avant d’être recrutée… Je peux dire que cette fois, j’ai d’abord choisi l’entreprise avant le poste.

Tout de suite, ce qui m’a marqué, c’est la gentillesse et la bienveillance dans l’accueil. Et aujourd’hui je suis assez bluffée par l’intelligence collective et ce qu’elle apporte.

Le petit grain de folie chez moi ? Je suis idéaliste : je crois au petit prince ! Je pense qu’on peut changer le monde… en bien, et qu’on peut y arriver. J’ose apporter ma petite goutte d’eau dans des associations qui ont du sens à mes yeux : je suis vice présidente de la cantine d’Iguerande, j’accompagne un magasin de producteurs dans ma région qui va démarrer en avril prochain, il rassemble 6 producteurs qui cultivent de manière très responsable! « 

blog_claradelaveau Clara Delaveau – Assistante adhérents (23 ans) –   » Après une formation pour devenir détective privée, j’ai dû me réorienter sans trop savoir dans quelle direction aller. Finalement, je suis arrivée au Cèdre un peu par hasard. Après 8 mois dans l’entreprise, je trouve toujours aussi surprenant la qualité de la bienveillance, autant entre nous qu’avec nos adhérents. En arrivant, je crois que tout le monde est venu me voir en me disant, « n’hésite pas si tu as une question » et dans mon service aujourd’hui on s’entraide beaucoup.

Je suis de nature sportive et beaucoup de sports m’ont attirée : j’ai beaucoup pratiqué le ski, l’escalade, la natation, le tennis, le badmington… Plus jeune, j’aimais bien les sensations fortes, par exemple, j’ai fait un saut à l’élastique et je ne recommencerais pas aujourd’hui, maintenant je me suis calmée !  »

blog_jeanclaudecarton Jean-Claude Carton – Chef de marchés (51 ans) –  » Je viens de Clermont-Ferrand, en Auvergne. Pays discret, un peu « sauvage », humble, mais raffiné, tel en est le témoignage de ses si belles églises parfois noires, d’apparence froides, subtilement construites et ô combien humaines.

L’année 2016 est l’année où tous les verrous, agissant comme des obligations morales de rester sédentaire, ont sauté. Démission de ma collaboratrice architecte, départs de mes 5 enfants de la maison familiale, en cours ou programmés, l’envie de changer, de découvrir une nouvelle façon de travailler, et l’envie de donner un sens plus profond et plus authentique à mon travail, m’ont ouvert les portes du Cèdre.

J’ai vu de la lumière, je suis entré ! J’ai découvert ici au Cèdre des gens lumineux (d’où la lumière ! ), vrais, très attentionnés, plein de dynamisme et d’implication dans leur travail.

J’ai donc abandonné 24 ans de métier d’architecte et mon agence, créée en 1997, ce métier et cette agence qui auraient dû être ceux de toute ma vie professionnelle. Architecte, je le resterai tout de même dans l’âme encore longtemps.

L’accueil, la bienveillance et la disponibilité, l’écoute sont des valeurs et des qualités de tous les membres de « la famille Cèdre ». C’est tellement surprenant en entreprise qu’on a envie de faire partie de cette famille.

Faire quelque chose de mes mains est important, quelque chose que l’on peut toucher, que l’on peut voir ! Là, c’est l’auvergnat les pieds sur terre qui parle ! J’aimerais encore fabriquer quelque chose d’important, d’ambitieux, un outil ou une machine spéciale, une maison de fond en comble, un bateau, un avion, …et m’en servir. Est-ce de la folie ? « 

Ceci n’est pas un poisson d’avril !

Bon, d’accord, on n’a rien posté sur notre blog depuis 3 mois… On espère qu’on vous a manqué. Alors pour se rattraper, après avoir parlé des nouvelles recrues, on va vous parler des futures recrues…

Pour être très honnête, quelle joie d’entendre un candidat, qui plus est non retenu, me remercier pour cette belle matinée passée au Cèdre lors de son entretien de recrutement. Il a ajouté qu’il avait particulièrement apprécié la diversité des échanges et de ne pas avoir à répéter cinq fois la même chose à cinq personnes différentes! Avouez, on est tous passé par là !!

_MG_0607

Un jeu de cartes utilisé en recrutement…

Depuis 4 ans que je suis au Cèdre, si je fais un rapide calcul, j’ai dû voir passer 180 candidats… Alors forcément, j’ai eu le temps, et surtout l’envie, de réfléchir à comment améliorer le parcours du combattant de nos chers candidats. Je ne vais bien sûr pas tout vous dévoiler, sûre que ça vous donnera envie de postuler pour en savoir plus ! Au fond, je peux vous dire que ce que nous cherchons avant tout, c’est de savoir qui on a vraiment en face de nous ? Et c’est d’ailleurs pareil pour le candidat. Alors pas de questions pièges, pas de bonnes ou de mauvaises réponses, mais simplement des échanges riches et en vérité pour qu’on apprenne déjà à se connaître un peu.

Lorsque l’on débriefe avec tous les acteurs de la journée, on se pose deux questions : Est-ce-que le candidat sera heureux dans le poste que nous lui proposons ? Est-ce qu’on a envie de travailler avec lui? Si on répond oui ensemble aux deux questions, alors on a déniché notre nouvelle perle !

Ça vous donne envie? Ça tombe bien, on recherche 4 perles en ce moment ; allez voir, c’est ici !

Les nouveaux aventuriers du Cèdre

En ce début d’année, nous avons souhaité laisser la parole aux 12 aventuriers qui ont rejoint le Cèdre en 2015.

Photo groupe nouveaux dec2015 2

Pourquoi ?  Parce que c’est sympa de présenter les acteurs de notre aventure et, en plus, les derniers arrivés ont un regard neuf sur l’entreprise… Nous avons posé à chacun les trois mêmes questions : D’où viens-tu et pourquoi le Cèdre ? Qu’est-ce qui t’a le plus surpris(e) en arrivant au Cèdre ? Quel est ton originalité personnelle ? Voici donc leurs réponses :

Blog_BenoitDouayBenoît Douay (35 ans) – “Je suis francilien de naissance et nordiste de cœur, c’est ce qui explique un de mes grains de folie : tremper ma tartine de maroilles dans mon café du matin ! J’ai évolué dans la prestation de service en restauration et les services aux entreprises avant de rejoindre le Cèdre. Après plusieurs candidatures spontanées, je pousse enfin la porte du Cèdre, comme chargé de suivi en restauration. J’ai tout d’abord été marqué par la bienveillance réelle de chacun, qui n’était certainement pas une attitude de façade. J’ai aussi été interpellé par la folie de la direction, qui proposait à mon arrivée un atelier de réflexion sur la reconnaissance et la rémunération… ce n’est pas ce qu’il y a de plus courant dans les entreprises.”

Blog_NathalieMilletNathalie Millet (45 ans) – “ Je viens de l’industrie et j’ai choisi de postuler au Cèdre, en tant qu’assistante marchés, pour les valeurs véhiculées. Après quelques mois au siège, je pense pouvoir dire que c’est l’humanisme, le respect de l’autre, qui m’ont le plus marquée. Cela se décline concrètement en gentillesse et disponibilité des salariés mais aussi des adhérents. Ma passion m’emmène vers les profondeurs, puisque j’aime plonger au milieu des requins… mais sans cage !”

Blog_ClementNicotClément Nicot (32 ans) – “J’ai une formation commerciale et je viens du monde de l’édition. Je suis arrivé au Cèdre parce que mon père a pensé à moi en voyant une annonce pour le recrutement d’un chef de marchés… merci papa ! En réalité, je cherchais du travail en province (Lyon, Bordeaux…), mais de là à atterrir à Paray le Monial, il y avait un grand saut que j’ai finalement osé franchir. Ma première surprise fut de constater le lien particulier que le Cèdre a avec ses adhérents. Même quand il y a un litige, la confiance est toujours plus forte que le litige ! J’ai deux rêves un peu fous et qui n’ont rien à voir : j’aimerais pouvoir m’acheter une montre chaque jour et je rêverais me rendre sur les îles Kerguelen et les îles Amsterdam…” Lire la suite

Métisse : l’aventure du recyclage au service de l’homme

A une semaine de l’ouverture de la COP 21 qui se tiendra à Paris, nous souhaitons vous présenter une initiative qui conjugue solidarité et écologie et que nous mettons en avant dans le cadre de notre groupement d’achat.   Metisse

Metisse est un isolant thermique et acoustique fabriqué à partir des vêtements collectés par Le Relais, dont vous avez déjà forcément croisé un point de collecte, près d’une grande surface…

Depuis 2007 les textiles, non ré-employables en l’état, sont défibrés puis transformés pour constituer des laines d’isolation performantes et de haute qualité pour le bâtiment. En plus d’isoler contre le froid et la chaleur, elle offre des propriétés acoustiques exceptionnelles et subit peu de traitement. 

Un produit recyclé… par une entreprise solidaire

Membre d’EMMAÜS France, Le Relais agit pour l’insertion des personnes en situation d’exclusion.  Elle propose depuis 30 ans des emplois durables pour aider ces personnes à préserver leur dignité et à retrouver leur place dans la société. En résumé, une belle aventure au service de l’homme à la pointe de la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises).

Vous trouvez cette initiative formidable ? Tant mieux ! Sachez que pour les soutenir et isoler vos combles, vous trouverez leurs produits chez des distributeurs tels que Point P, Chausson Matériaux… Adhérent du Cèdre, vous bénéficierez de remises sur ces produits en vous inscrivant sur notre marché “fournitures du bâtiment”.   Lire la suite

L’intelligence démultipliée !

Quel est le lien entre la création d’un spectacle musical, une course en radeau et la réflexion opérationnelle en entreprise ?

Réponse : L’intelligence collective…

A l’occasion de notre dernier séminaire d’entreprise, qui réunissait 100 % des collaborateurs, nous avons eu la chance d’expérimenter la force de l’intelligence collective dans trois domaines aussi différents que l’art, le sport et le travail.

Cela a démarré par un challenge surprise, qui a pu en déstabiliser certains : nous devions, par équipe de 16, créer une scénette musicale pour le spectacle du soir même. Nous
L'amérique 2entrions dans une zone d’inconfort. Les compétences, les talents, les expériences des uns et des autres dans le domaine artistique n’étaient pas forcément en adéquation avec les compétences professionnelles connues. En trois heures, nous devions choisir le thème de notre scénette, écrire les paroles, prévoir la mise en scène, répartir les rôles, penser au décor, prévoir les costumes, élaborer la chorégraphie et répéter… chacun a trouvé sa place et les délais courts nous ont contraints à avancer efficacement, sans nous poser trop de questions inutiles ! Sortir de notre zone de confort est un peu bousculant… mais à la vue du résultat, c’est assez enthousiasmant… Quelle créativité !

Une chose est sûre nous n’aurions jamais eu cette créativité chacun isolé dans son coin !

L’expérience sportive et ludique de l’après-midi nous a aussi rappelé que foncer tête baissée ne suffit pas pour gagner !  Lire la suite

9 000 kilomètres en tandem pour l’enfance du sud-est asiatique

Nos collaborateurs ont du talent et le sens de l’engagement ! carolineetxavier_asiecyclette

C’est notamment le cas de Xavier, notre délégué régional pour les régions Poitou-Charente et  Limousin, qui s’est engagé en septembre dernier, avec son épouse Caroline, dans l’aventure “Asie-Cyclette”.

Ce jeune couple initie depuis septembre 2014 le projet “Écoliers solidaires”.

Leur mission ? Sensibiliser le grand public et en particulier les établissements scolaires sur l’importance et l’intérêt du parrainage humanitaire par le biais de l’ONG Enfants du Mékong.

Caroline et Xavier ont d’abord présenté leur projet à 30 établissements scolaires pour développer auprès des écoliers français des valeurs de solidarité et d’engagement,et leur permettre, avec leur école, de parrainer un enfant. Lire la suite